Skip to main content

DIASPORA BÉARNAISE A PARIS

"Les Béarnais de Paris" - "La garbure"

Quand ils émigrèrent en France, comme tous les provinciaux, les Basco-Béarnais allaient essentiellement à Paris, capitale économique et commerciale de la France, première place financière et boursière du pays.
Les grands mouvements migratoires eurent lieu en masse au début du XIXème siècle. Les Basco-Béarnais de Paris occupent des fonctions diverses, mais on peut noter que, depuis Louis Barthou, le département des Pyrénées-Atlantiques a donné nombre d'hommes politiques au pays : citons entre autres, Pierre de Chevigné, André Labarrère, Michel Inchauspé, François Bayrou, Michèle Alliot-Marie (ministres), Didier Borotra, Henri et Jean Grenet, Daniel Poulou,  (sénateurs ou députés). Par ailleurs, le département possède une vitrine « nationale », accueillant tous les Basco-Béarnais : la Maison des Pyrénées-Atlantiques, près de l'Opéra.

Aujourd’hui 2 associations de Béarnais sont actives au sein de la capitale.

Association "Les Béarnais de Paris"


L’association « Les Béarnais de Paris » regroupe  les béarnais de cœur ou d’origine résidant à Paris et en Île de France, et agit pour la promotion de la culture béarnaise. Elle propose des événements conviviaux pour la communauté béarnaise (repas, pique-niques, cantera et après lo tribailh) des animations culturelles sur l'histoire et le patrimoine béarnais ou les personnalités qui font la notoriété du Béarn et se mobilise pour encourager les équipes sportives fleuron du Béarn qui se déplacent sur l’île de France (rugby, Basket, Foot, Hand Ball…).
A suivre sur Facebook

Association « La Garbure » à Paris

“La Garbure » a été fondée en 1894 par Louis Barthou, qui fut plusieurs fois ministre sous la IIIème République. Il souhaitait que les Béarnais vivant dans la capitale puissent se rencontrer autour d’une table pour échanger et évoquer leurs racines communes ». Il n’y a pas de statuts, pas de cotisations,  il suffit d’être parrainé par l’un de ses 300 membres pour l’intégrer.
Aujourd’hui  présidée par l’Ossalois Bernard Berdou d’Aas, cela reste un réseau qui peut s’avérer précieux pour les Béarnais.
C’est au Palais du Luxembourg que Marie de Médicis, veuve de Henri IV, avait choisi de s’installer. C’est aussi dans ce lieu prestigieux, hébergeant aujourd’hui le Sénat, que ses membres se réunissent deux fois par an.  

 

DIASPORA BÉARNAISE EN CALIFORNIE

La Ligue Henri IV

La colonie française en Californie, suite à la ruée vers l’or, se singularisa par l’appartenance à plusieurs groupes d’origine géographique diverse dont celui des Béarnais.
En 1895, sous l’impulsion d’un comité composé de 7 Béarnais à San Francisco, une société de bienfaisance et de secours mutuel est créée pour regrouper la diaspora béarnaise: la Ligue Henri IV . Au-delà du but premier d’aide et d’assistance, les statuts de la ligue Henri IV poursuivaient plusieurs objectifs : le maintien des liens avec le pays d’origine, l’affirmation du fait français et l’aide à l’intégration dans la société américaine en organisant des cours de langue anglaise. Cette société qui reste encore active de nos jours regroupe actuellement plus de 800 membres à qui elle propose des banquets patriotiques et pique-niques annuels.

DIASPORA BÉARNAISE EN URUGUAY

AFUB

L'« Asociación Franco Uruguaya de Bearneses » AFUB

dont le siège est à Montevideo a  été créée par des Uruguayens descendants de Béarnais. Dans cette association, on parle du Béarn, de la Bigorre …du sud-ouest de la France mais tous les membres ne parlent pas la langue. Certains se réunissent pour pratiquer le Français. D’autres font des recherches généalogiques pour aider les Uruguayens à retrouver leur racines béarnaises et bigourdanes.